Qu’est-ce qui fait la singularité de l’Anthropologie ?

Si quelque chose caractérise l’anthropologie sociale, il ne me semble pas que ça soit son sujet d’étude. L’ethnologie n’est plus forcément ce que son étymologie désigne : l’étude de l’ethnie. Ou, du moins, plus tel qu’on l’entend aujourd’hui dans le langage courant. Les anthropologues ne s’intéressent plus qu’à cet « autre lointain » qui se trouverait de « l’autre côté du continent ». Il est désormais admis que les sujets d’études sont multiples et qu’une étude anthropologique peut aussi se faire sur des terrains dits « proches ». D’ailleurs, « dans l’usage scientifique courant », selon le Dictionnaire de l’ethnologie et de l’anthropologie de Bonte et Izard, « le terme « ethnie » désigne un ensemble linguistique, culturel et territorial d’une certaine taille ». Le concept est donc très large et peut s’appliquer à tout et rien. Il est bien sûr à mettre en relation avec l’histoire coloniale et son système d’administration. Mais, c’est justement de cette classification coloniale (et des clichés qui en découlent), que nous devons aujourd’hui nous échapper. L’anthropologie ne se limite plus à étudier l’ethnie telle que l’entendait le clergé (les « autres », les païens, les non-chrétiens). L’anthropologie étudie l’Homme dans son ensemble et dans sa différence. Elle peut donc étudier tout humain (ou activité humaine) et, pour cette raison, ce n’est plus son sujet d’étude qui la caractérise. Est-ce que l’anthropologie est pour autant une science sans fondement ? Je ne pense pas. C’est dans sa tradition méthodologique que cette discipline prend, pour moi, tout son sens. Dans l’étude qualitative et inductive. Bien sûr, certains diront que l’anthropologie n’est pas la seule discipline à utiliser ce type de méthodologie. Et ils auront raison. D’autres chercheurs ont recourt à ces méthodes, tout comme des chercheurs en anthropologie ont parfois recourt à d’autres méthodes. Aujourd’hui, la différence entre la sociologie et l’anthropologie est d’ailleurs peut-être de plus en plus floue. Si l’anthropologie n’est pas précisément définie par un sujet d’étude, la sociologie non plus. Et si l’anthropologie utilise une méthode dite qualitative et inductive, nombreux sont les chercheurs en sociologie qui ont eux aussi recours à ce type de méthodes. Mais, malgré tout, il me semble qu’une différence persiste. Je n’ai pas suivi de cours de Sociologie, et je serais peut-être très mal placé pour déterminer ce qu’est la sociologie, mais comme ça, vu d’extérieur, il me semble que cette science n’a pas fait de la méthode qualitative et inductive son fondement comme l’a fait l’anthropologie. En sociologie, le chercheur peut, il me semble, prétendre prendre une posture totalement quantitative et déductive. En anthropologie, historiquement la discipline s’est fondée sur des études qui devaient se construire avec le temps pour une raison simple : il n’était pas aussi aisé de rentrer des Amériques au XVIIIème siècle qu’il ne l’est aujourd’hui. Le chercheur devait donc rester sur le terrain, et c’est peut-être de cette contrainte technique qu’est née une méthodologie alternative, méthodologie qui sera reprise, génération après génération, jusqu’à devenir, pour moi, l’axiome même de l’anthropologie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

(carnet de recherches d'un jeune étudiant venant de quitter l'université)