Sortir de l’université et de son cadre « sécurisant »

Afin d’être considéré comme chercheur, un étudiant doit avoir une certaine légitimité. En général, cela passe par une licence, un master, puis un doctorat. C’est d’ailleurs à ce stade de l’étude doctorale que le statut de l’étudiant change, et que celui-ci commence peu à peu à être considéré comme un pair, et non plus comme simplement un apprenti.

Pour ma part, je n’ai pas voulu emprunter ce chemin. Après quatre années passées à l’université, j’ai ressenti le besoin d’en ressortir. J’avais l’impression de faire fausse route, que l’université, telle que je la connaissais, n’allait pas m’emmener là où je voulais aller. Pour autant, paradoxalement, j’avais encore envie de faire de la recherche. Peut-être même plus encore qu’avant. Au travers de mes terrains de licence et de master, mon désir de chercher s’était développé en même temps qu’il s’était affiné. Si je voulais faire de la recherche, je ne voulais pas en faire n’importe comment. Quitter l’université me permettait d’aller ailleurs. Je ne savais pas exactement où, mais je savais que je devais changer de cadre, renoncer à un certain confort, à une certaine sécurité (celle du cursus classique : Licence-Master-Doctorat) pour avancer autrement. L’université ne m’apparaissait alors plus comme une possibilité d’émancipation. Sans vouloir dénigrer ce que je mes professeurs m’avaient apporté (et c’est certain qu’ils m’ont beaucoup apporté), je ne voulais pas leur ressembler. Comme d’autres étudiants avant moi, je me suis senti délaissé. Dans cette université de masse, où la relation professeur/élèves (du fait du nombre important d’étudiants) est rare et souvent impersonnelle je ne me suis plus senti, à ma place. Pourtant, au début, lors de mes premières années universitaires, je n’avais pas éprouvé de difficulté d’adaptation, bien au contraire. Ce que certains reprochaient à l’université « pas assez d’encadrement, trop d’autonomie » apparaissait pour moi comme une véritable possibilité d’émancipation, une véritable reconsidération de notre statut : ne plus être un étudiant que l’on doit contrôler, encadrer, afin qu’il suive son professeur, mais être au contraire, cet étudiant autonome, indépendant, qui tente lui même de forger le cadre dans lequel il veut évoluer, et qui, pour cela, ne suit donc pas son professeur mais l’utilise (ou non) selon ses besoins. Le master me paraissait alors comme étant une autre phase de maturité, où on ne faisait pas que construire un cadre pour soi, mais où on tentait d’y inclure les autres, et notamment, ses professeurs. Or, pour ma part, je n’ai pas assez réussi à intéresser mes professeurs, à les faire entrer « dans mon cadre », dans la recherche que je menais. Une question m’est alors venue à l’esprit. Pourquoi faisons-nous une recherche ? Pour valider un diplôme ? Non. Pour ma part, ce n’était pas ce seul intérêt pragmatique qui m’animait. Ma motivation était aussi liée à l’intérêt intellectuel et affectif que j’éprouvais pour mon sujet, mais aussi à l’idée que cet intérêt pouvait permettre de repenser le monde, la société. Et c’est justement cet intérêt que je n’arrivais pas à assouvir. Ma recherche de Master 1 m’avait permis de valider mon année, de faire le bilan de toute l’expérience empirique que j’avais vécu, mais ce bilan (et les réflexions qui en découlent) était resté comme quelque chose d’inachevé du fait que je n’avais pas réussi à le partager. Etait-ce parce que ce bilan n’était pas intéressant ? Je ne pense pas. Mes professeurs n’ont jamais témoigné leur indifférence pour des raisons de fonds mais pour des raisons pragmatiques (trop d’étudiants, pas assez de disponibilité, etc.). Dès lors, il m’a semblé important de ne plus me positionner en tant que victime (car critiquer l’université ne m’aurait rien apporté), mais plutôt en tant qu’acteur : si l’université ne peut pas être à l’écoute de mon travail, alors c’est à moi de trouver d’autres chemins, d’autres institutions et d’autres publics qui pourraient trouver un plus grand intérêt dans ce que je fais. D’autant plus que cette idée d’expérimenter d’autres chemins rejoignait une conviction pour laquelle j’étais de plus en plus persuadé : il nous manquait dans nos pratiques de chercheurs universitaires (ou du moins celle qu’on m’a enseignée), une dimension médiatique, où l’on tente de s’ouvrir à d’autres publics, de rendre nos recherches accessibles à des individus extérieurs à l’université. Sortir de l’université, expérimenter d’autres chemins pour construire et partager mon travail, m’apparaissait alors comme quelque chose de dangereux, incertain du fait de son caractère expérimental, mais, en même temps, nécessaire. Et je crois qu’au fond, c’est la nécessité qui a prévalu.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

(carnet de recherches d'un jeune étudiant venant de quitter l'université)