Le retour d’enquête comme objet scientifique

Qu’est-ce qu’une recherche scientifique ? La question n’est pas nouvelle, et pourtant, elle est toujours sujette à débat. Ce débat est d’autant plus important que cette question touche un point central de ce que nous faisons : en quoi nos réflexions diffèrent-elles de la superstition ?

Lors de mes années de Licence, je n’étais pas trop préoccupé par ce problème. Ce qui m’importait, c’était avant tout de réfléchir, de penser autrement les choses. A cette époque, je n’avais pas beaucoup de compte à rendre sur mon travail. Et si cette question de la scientificité de notre discipline était déjà perceptible dans ce que j’écrivais, cela n’était que sous forme de traces, d’embryons de réflexions. C’est en Master 1, au moment d’écrire mon mémoire, à la fin de ma recherche sur l’expérience des échanges interuniversitaires, que je me suis vraiment interrogé sur ce point. La peur était alors que mon travail (et ma méthodologie très impliquée) soit dénigré, pas pris au sérieux, et pire, que je ne puisse pas la défendre convenablement, de façon complètement assumée. A cette peur donc, s’est mêlé des doutes, des questions, mais aussi des lectures, des réflexions, et plus tard, des éléments de réponses, parfois même, des prises de positions.

 Qu’est-ce que la science ? Il me semble que c’est avant tout ce qui diffère du dogme. La science est ce qui peut être démontrée. Pour certains chercheurs, ceux qui adhèrent aux idées de la « science positive », cette démonstration n’est possible en science sociale que quand la recherche repose sur 4 fondements :

– la neutralité du chercheur (qui ne doit donc pas prendre partie sur son terrain, et donc, observer sans s’engager personnellement).
– la fiabilité des résultats (que les entretiens soient fait dans un contexte neutre qui n’influe pas sur le discours de l’entretenu)
– la reproductibilité de ces résultats (que ceux-ci puissent être retrouve si l’enquête était à nouveau menée par un autre chercheur)
– la représentativité de ces résultats (qu’il soit réalisé avec un « échantillon » suffisamment grand et hétérogène pour que les résultats représentent l’ensemble de la communauté étudiée).

Bien entendu, cette « science positive » est difficilement réalisable en anthropologie. Nous ne procédons pas par échantillonnage, nos entretiens ne sont pas forcément décontextualisés dans un cadre neutre, et notre place, en tant qu’observateur, est tout sauf objective (du fait notamment de notre implication sur le terrain). L’anthropologie ne peut-elle pas prétendre au statut de science pour autant ? Je ne pense pas.

D’ailleurs en tant qu’être humain, en tant qu’individu sensible, et donc évidemment subjectif, la science positive parait impossible. Tout d’abord parce qu’un chercheur ne peut être complètement désaffecté vis-à-vis de son terrain. Ensuite, parce que le contexte d’un entretien ne peut jamais être sans aucune incidence sur les résultats de cet entretien, et qu’un échantillon ne peut jamais être pleinement représentatif d’une communauté donnée. Enfin, parce que la reproductivité des résultats est compromise: de par les trois éléments que j’ai énoncés dans mes deux dernières phrases, et de par le fait qu’un terrain en science sociale, qu’un sujet d’étude humain, n’est pas quelque chose de figée mais quelque chose de dynamique, qui évolue avec le temps.

La science positive apparaît alors comme étant plus un modèle, un idéal, dont le chercheur peut tenter de se rapprocher mais avec lequel il ne peut jamais correspondre. Dès lors, il est possible de penser les choses autrement.

La science positive part du principe de la démonstration de la réalité. Cependant, si l’on adopte une logique plus constructiviste, si l’on adopte une philosophie plus Kantienne, il est possible de penser la réalité non pas comme quelque chose de donnée, mais comme quelque chose qui se construit. Des lors, l’axiome de la science positive (démontrer la réalité) ne tient plus (à quoi bon démontrer quelque chose qu’on a soit même construit ?). Il faut donc redéfinir ce qu’est la science, et ce qui la prédomine, ce n’est plus ce rapport (biaisé) avec le dogme de la réalité et ses 4 fondements (neutralité du chercheur, fiabilité, reproductibilité et représentativité de la recherche). C’est au contraire l’idée que la science n’est qu’un regard sur le réel, qu’elle n’apporte pas la Réponse à une question mais de multiples réponses à une même question, et que ces réponses ne sont jamais complètes, omniscientes, qu’elles sont toujours, incomplètes, limitées, et qu’en cela, elles se doivent d’être expliquées, argumentées, défendues, mais aussi critiquées. Ce qui apparaît comme scientifique à présent n’est pas tant le contenu d’une recherche que sa façon de s’exposer. Dès lors, l’écriture scientifique prend alors tout son sens.

Ne nous méprenons pas, écrire reste un exercice rhétorique. En tant que lecteur, on doit veiller à cela afin de prendre du recul quant à ce qui est dit. Cependant, en tant qu’auteur je crois qu’on doit aussi se méfier de notre propre posture d’écrivain, de notre propre volonté (légitime) de défendre nos idées. Une recherche n’est pas un plaidoyer. Il nous faut donc rester modeste et avoir une certaine retenue dans nos propos. Trouver un équilibre entre l’affirmation de connaissances (qui sont pour nous importantes, réfléchies, profondes), et entre, l’affirmation que ces connaissances peuvent être aussi réfléchies et approfondies autrement (pour être encore plus importantes et plus complexes). Cet équilibre n’est pas simple à obtenir. Cependant, il est essentiel. Parce que si écrire est un exercice rhétorique, il n’est pas qu’un moyen légitime. C’est aussi un moyen de confronter son regard (forcément subjectif) à celui des autres. On écrit dans l’espoir d’être lu, et d’avoir des retours de ce que l’on a écrit. Dès lors, et même si notre regard de chercheur reste quelque chose de subjectif, notre enquête n’est pas que subjective. En écrivant on tente de rendre notre pensée intelligible aux autres, on l’organise de façon à ce que nos idées et notre regard, ne choquent pas trop le lecteur, qu’il puisse les entendre. Pas forcément qu’il soit d’accord avec elles, mais au moins qu’il puisse les écouter jusqu’au bout. En cela, en essayant de dépasser notre simple subjectivité pour la rendre accessible à autrui, on tente de rendre notre enquête plus objective, et celle-ci ne peut pas être considérée comme un simple point de vue spontané. C’est un point de vue, mais c’est un point de vue travaillé, construit, explicité, développé, argumenté, etc. Et c’est ce travail qui fait que notre travail peut-être considéré, à mon sens, comme scientifique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

(carnet de recherches d'un jeune étudiant venant de quitter l'université)