Quelle posture méthodologique prendre ?

Définir une posture méthodologique est toujours quelque chose d’un peu délicat, parce que cette posture en anthropologie ne doit justement pas être quelque chose qui se doit d’être figé. Et pourtant, paradoxalement, définir sa posture méthodologique est quelque chose d’essentiel. C’est un exercice nécessaire qui permet de déterminer quel type de travail nous sommes le plus à même de fournir. Aussi, et bien que je ne sois pas persuadé d’être en capacité de répondre pleinement à la question, je vais tenter d’expliciter les points méthodologiques qui ont été important dans mon modeste parcours d’anthropologue :

1 – Le caractère dynamique de la méthodologie
2 – Le choix des terrains « proches »
3 – L’implication du chercheur au sein de son terrain
4 – Le terrain comme élément durable, souvent plus long, que le temps d’enquête
5 – La collecte de donnée empirique
6 – Les lectures théoriques et les bases référentielles
7 – Le retour d’enquête et la rationalisation du terrain

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

(carnet de recherches d'un jeune étudiant venant de quitter l'université)