Pourquoi Hypothese.org ?

Mon désir de créer un carnet de recherche numérique sur hypothese.org coïncide avec mes premières grandes remises en question à propos de mon parcours à l’université. Mon intention était alors de profiter de ce blog pour y présenter un regard subjectif sur l’enseignement supérieur. L’idée était de produire de petites ethnographies et de petites réflexions. L’objectif n’était pas forcément de faire une enquête anthropologique poussée de l’université (mon travail se voulant être subjectif, je n’avais d’ailleurs pas vocation à dresser un portrait complet de cette institution), mais plus de parler de mon expérience d’étudiant, de tenter de comprendre ce que j’avais pu vivre à l’université.

Par manque de temps, par manque de maturité, ce blog est resté pendant très longtemps sous la forme  de projet. Puis, après mon Master 1 et ma première enquête anthropologique, j’ai ressenti le besoin de quitter l’université, de prendre du recul sur cette institution. Je voulais malgré tout, continuer à faire de l’anthropologie, mais n’étant plus à l’université, je devais trouver un autre public. Hypothese.org apparaissait alors comme un moyen d’exposer mon travail (que je ne pouvais plus exposer à mes professeurs). J’aurais aussi pu le faire sur d’autres plateforme de blog plateforme (tel que WordPress, Overblog, TumblR, etc.), mais la plateforme proposée par OpenEdition me semblait la plus judicieuse. C’est celle qui me permettrait d’intégrer un réseau (virtuel) d’autres chercheurs, scientifiques et universitaires, qui pourraient éventuellement, lire mes travaux et y apporter leurs contributions (remarques, critiques, conseils, etc.). Inconsciemment, vouloir construire ce blog était aussi peut-être un moyen de me dire que même si je quittais momentanément l’université, je ne quittais pas pour autant le monde de la recherche.

Enfin, mon projet est devenu ce qu’il est aujourd’hui, à savoir, à la fois un carnet de recherche (avec des articles relatifs à mes enquêtes, avec des ethnographies des tentatives de réflexions sur base empirique, avec des réflexions plus liées a mes recherches théoriques, avec des fiches de synthèses sur des notions, etc.) et à la fois un site plus général, présentant mon travail d’anthropologue dans sa globalité (notamment ma méthodologie, les enquêtes que j’ai déjà mené, etc.).

Post-Scriptum : Il faut préciser que ce carnet de recherche fait partie d’une plateforme numérique plus large, présentant mon travail de façon plus globale mais aussi plus diverses (au travers de plusieurs sur sites spécialisés, lire l’article « un site parmi des sites » pour plus d’informations).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

(carnet de recherches d'un jeune étudiant venant de quitter l'université)